Archives pour l'étiquette Arnold

Leçon 1 : Premiers pas avec le Lua sur TI-Nspire

Aujourd’hui, Inspired-Lua vous propose une traduction et adaptation du guide de Steve Arnold que vous pouvez retrouver en cliquant ici. Depuis l’OS 3.0, les Ti-Nspire possèdent une nouvelle fonctionnalité en matière de programmation : le Lua. Ce dernier est un langage de programmation à la fois moderne et rapide. Les scripts écrits en Lua avec un simple éditeur de texte peuvent être convertis en .tns (format des documents TI-Nspire) à l’aide de TI-Nspire Scripting Tool . De tels scripts donnent de nouvelles possibilités étonnantes et puissantes pour la création de documents TI-Nspire afin d’apprendre ou d’enseigner.

Avec un peu d’expérience, les programmeurs de Lua peuvent créer d’incroyables programmes, auxquels l’imagination est la seule limite. A titre d’exemple, voici un tableau périodique des éléments réalisé par l’équipe de TI-Planet. Comme vous pouvez le voir, les possibilités sont énormes. Toutefois, même les débutants peuvent profiter des particularités offertes par le Lua dans des conditions plus limitées mais qui restent quand même puissantes. Ce tutoriel pour débutants offre de bonnes bases grâce auxquelles les élèves comme les enseignants pourront commencer à créer leurs propres documents !

L’objectif ici sera de commencer le Lua en affichant du texte. Des graphiques et des images dynamiques suivront plus tard.

Leçon 1.1: Premiers pas avec le Lua sur TI-Nspire

Pour cette première leçon, nous utiliserons le programme Oclua (On Calc lua) développé par Olivier Armand. Commencez par télécharger l’archive Oclua d’après ce lien . Ensuite, décompressez l’archive et transférez le fichier .tns sur votre calculatrice.

Gif Oclua
Oclua fonctionne à la fois sur la calculatrice et sur le logiciel TI-Nspire. Pour commencer à utiliser Oclua, ouvrez tout d’abord le fichier, puis créer une nouvelle application dans le classeur. (CTRL+I) Choisissez l’éditeur mathématique. Vous pourrez écrire le code en Lua ici. Ensuite, pour l’exécuter, vous n’aurez qu’à copier ce code et à le coller dans le premier onglet. (CTRL+A pour tout sélectionner, CTRL+C pour le copier, et enfin CTRL+V pour le coller) Rapide et facile à prendre en main, Oclua est idéal pour commencer à utiliser le Lua. Cette procédure est expliqué à travers l’image en gif ci-contre (Ignorez les deux lignes horizontales, elles sont dues au logiciel utilisé pour enregistrer l’animation – elles n’apparaîtront pas sur votre version du document). Toutefois, nous verrons par la suite que de meilleures solutions existent.

Les choses sérieuses commencent : nous allons créer votre première fonction en Lua ! Mais ne vous inquiétez pas, rien de bien compliqué. Tout d’abord, nous allons apprendre comment afficher du texte en Lua. Insérez une page éditeur mathématique comme nous l’avons vue. Recopiez-y le code ci-dessous

function on.paint(gc)
  gc:drawString("hello world", 0, 20)
end

Notez que l’indentation (ajout d’espace/tabulation dans des scripts) n’est pas du tout obligatoire elle permet juste de mieux se retrouver dans de longues lignes de codes. (Ici elle n’a que peu d’intérêt mais il faut mieux prendre ces habitudes dès le départ)
Le Lua est un langage sensible à la casse c’est-à-dire que vous devez écrire exactement les fonctions comme montrées ici. Dans cet exemple, tout est en minuscules, excepté le « S » de String.
Vous devriez voir le texte « hello world » écrit en haut à gauche de la page. Voyons ce que l’on peut apprendre de cet exemple :

  • La structure pour définir une fonction est la même que dans beaucoup de langages.
function nom(argument)
  quelques instructions
end
  • Dans notre exemple, nous avons utilisé une fonction standard du Lua appelée « on.paint ». Vous la rencontrerez dans la plupart (si ce n’est tous) les scripts en Lua. Lorsque vous utilisez cette fonction, elle affiche le texte sur l’écran.
  • « gc » signifie « graphics context ». (Contexte graphique :P) Il est utilisé quand des éléments graphiques de n’importe quel type sont employés. Vous pouvez voir dans cette fonction, l’unique ligne de code est définie par ce terme gc. Ne vous inquiétez pas, vous vous y habituerez vite !
  • La ligne d’instruction de cette fonction est assez explicative : gc:drawString (“hello world”,0,20). Dans le contexte graphique (gc) on va afficher (draw, dessiner) la chaîne de caractère (String) qui est “hello world” à la position (0,20) sur la fenêtre
  • Il faut savoir que le système de coordonnées à pour origine le coin en haut à gauche de l’écran. Ainsi, les coordonnées ne doivent pas être négative pour afficher correctement du contenu graphique. Dans notre exemple, le point choisi est (0,20). Si l’ordonnée était inférieure, le texte serait coupé.
Vous devriez prendre quelques minutes pour découvrir cette première fonction et appliquer ce que vous venez d’apprendre. Essayez de déplacer le texte afin de comprendre le système de coordonnées. Essayez de centrer votre texte. Vous en apprendrez ainsi plus sur les dimensions de l’écran.
Cependant, vous verrez plus tard qu’un texte centré sur une plateforme (calculatrice, ordinateur) n’est pas forcément adapté à une autre. Mais alors, comment faire ? Nous allons voir cela dans la suite de notre cours ! En attendant, amusez-vous bien ! 🙂

Mais pourquoi ?

Il est peut-être temps de s’arrêter un instant et de se demander – Pourquoi s’ennuyer à faire cela ? Il y a d’autres façons beaucoup simples pour afficher du texte à l’écran.
Deux propriétés très importantes d’une fenêtre en Lua sur TI-Nspire, par opposition à une fenêtre classique dans l’éditeur mathématique :
  • Cliquez sur n’importe quelle fenêtre en Lua. Déplacez-la, essayez de l’éditer. C’est impossible. Le texte que vous affichez ne peut pas être édité par l’utilisateur du document. Dans l’éditeur mathématique, l’utilisateur peut bien sur changer – et en effet détruire – tout ce que l’auteur a pris le temps de faire. En plus, comme on peut le faire dans l’éditeur, le texte affiché peut être à la fois dynamique et statique. Donc on peut facilement créer de puissants outils d’apprentissage tout comme on peut le faire avec l’éditeur, mais dans un environnement plus sécurisé.
  • Dans la seconde partie de cette leçon, vous apprendrez à contrôler la taille de la police, la couleur et le style, et comment facilement centrer le texte sur une ligne, et même au centre de la fenêtre. En Lua, on a un contrôle significatif de la façon dont le texte est affiché – bien plus qu’en utilisant l’éditeur. En terme de couleurs, vous avez accés à des millions de couleurs !

Leçon 1.2: Un peu plus intéressant ?

Bon, retour au travail. Prêt pour la suite ?
Si vous n’êtes pas sur la page 1.2 d’Oclua, retournez-y. Nous allons ajouter quelques lignes à notre script on.paint.
function on.paint(gc)
  gc:setFont("sansserif", "b", 12)
  gc:setColorRGB(158, 5, 8)
  gc:drawString("Ceci est mon texte", 20, 20)
end
A nouveau, étudiez ces quelques lignes – essayez de modifier les différentes valeurs. Vous allez vite vous rendre compte que setFont possède trois entrées :
  • la famille : « serif » ou « sansserif »
  • le style : « b » pour bold (gras) ; « r » pour regular (normal) ; « i » pour italic (italique) ; « bi » pour bold italic (gras et italique)
  • la taille

setColorRGBpermet d’accéder simplement à une multitude de couleurs : RGB signifie Red (rouge ; 255,0,0) Green (vert ; 0,255,0) Blue (bleu ; 0,0,255). Il y a de nombreuses couleurs entre ces valeurs, ou vous pouvez accéder à la liste en ligne ou juste télécharger le PDF que j’utilise. Mes couleurs fétiches sont burgundy (158, 5, 8 )> et navy (20, 20, 138), et qui vont très bien ensemble ! C’est vraiment mieux qu’une simple palette de 9 à 15 couleurs actuellement disponible sur TI-Npire !Si vous n’êtes pas perdu en lisant ce cours, c’est que vous êtes sur la bonne voie ! Nous allons finir cette leçon par une notion importante en Lua : centrer le texte. Nous en profiterons pour introduire les variables locales et globales.

Le Lua dispose de toutes sortes de commandes très utiles, comme platform.window:heigth() et platform.window:width().

Comme vous pouvez le deviner, ces commandes permettent de récupérer les valeurs actuelles de la fenêtre. Ainsi, platform.window:heigth() permet de connaître la hauteur de l’écran tandis que platform.window:width(). permet d’en connaître la largeur. Une nouvelle fois, faites bien attention aux majuscules et aux espaces ! Ici, tout est en minuscules.
Si on stock ces valeurs dans des variables, que nous appellerons w et h (pour width et height respectivement), nous pourrons les réutiliser hors de la fonction et dans un script plus grand. Mais nous aurons l’occasion d’y revenir un peu plus tard.

Voici deux nouvelles fonctions tout aussi importantes : getStringHeight et getStringWidth. Comme leurs noms l’indiquent, elle permettent de déterminer la largeur et la hauteur d’une chaîne de caractères.

function on.paint(gc)
  local h=platform.window:height()
  local w=platform.window:width()
  gc:setFont("sansserif", "b", 12)
  gc:setColorRGB(158, 5, 8)
  local sw = gc:getStringWidth("Ceci est mon texte")
  local sh = gc:getStringHeight("Ceci est mon texte")
  gc:drawString("Ceci est mon texte", w/2 - sw/2, h/2 + sh/2)
end
On commence par définir les dimensions de la fenêtre avec w et h. On peut aussi obtenir les dimensions de la chaîne de caractères
Maintenant, pour centrer la chaîne :
  • Horizontalement : on prend le centre de la fenêtre (w/2) puis on recule de la moitié de la largeur de la chaîne de caractères (w/2 – sw/2).
  • Veritcalement : on suit la même procédure, à une différence près : verticalement, on compte à l’envers en Lua : plus on va bas, plus le nombre est grand ; plus on va haut, plus il est faible ! (h/2 + sh/2)

Et maintenant ?

C’est tout pour cette leçon – à vous de jouer !
Pourquoi ne pas essayer d’aligner votre texte à droite ? Jetez un œil au centrage que nous venons de réaliser et inspirez-vous-en pour aligner le texte à droite et à gauche.
Et pour le placer en haut ou en bas ? Comment feriez vous ? Essayez différentes couleurs !Dans la prochaine leçon, nous apprendrons à donner vie à notre texte et à utiliser une table pour organiser plusieurs lignes de texte de façon structurée sur votre page !