Leçon 3 : Varier le contenu d’une table et opérateur conditionnel

Dans cette leçon, nous allons continuer notre travail sur les tables et sur les variable issues de TI-Nspire. Nous allons facilement customiser notre document, et avec un changement d’une ligne, nous allons créer une page qui peut être utilse à ceux qui veulent tirer avantage du Lua dans leur programmes TI-Nspire.
Mais avant, nous allons quitter Oclua pour TI-Nspire Scripting Tools, ou pour Luna. Tous deux sont légers et faciles à utilser, mais différents de Oclua. Pour cela, je vous envoie vers ce lienqui présente les façons d’exécuter un script écrit en Lua.

 

Leçon 3.1 : Modifions le contenu de nos lignes d’affichage

Un simple changement dans notre script transforme notre affichage de plusieurs lignes en un outils plus…utile.
Souvenez-vous : la ligne du script qui créait chacune des lignes d’affichage était celle-ci :

table[k] = "Ligne#"..k
Elle concaténait la valeur actuelle de k avec le string « Ligne# », ce qui faisait de la première « Ligne#1 ».
Souvenez-vous : la commande var.recallva chercher la valeur d’une variable TI-Nspire et l’attribue à une variable du script lua. Dans notre exemple, nous l’avions utilisé pour saisir le nombre de lignes que l’on voulait afficher.Maintenant, supposons que nous ayons une variable appelée ligne1, contenant ce que l’on veut afficher en première ligne. Puis une autre appelée ligne2 et ainsi de suite ? On pourait facilement contrôler le contenu de notre affichage, et les modifier n’importe quand depuis la Ti-Nspire. Pour cela, on pourrait simplement changer la ligne ci-dessus par :
table[k] = (var.recall("line"..k) or "Line #"..k)

Etudiez ces nouvelles lignes et essayez de comprendre ce qui se passe. Lorsque k = 1, var.recall recherche une variable appelée ligne1 et la range dans table[1] (La première entrée de la table, « table »). Si on ne la trouve pas, alors elle est stockée en tant que « ligne #1 ». (On aurait très bien pu laisser un blanc, avec juste «  ».) Et ainsi de suite pour les différentes valeurs de k.

Donc, en stockant ces variables dans un document TI-Nspire, elles sont immédiatemment affichées dans la page du script Lua.

Leçon 3.2 : Les conditions

Pour notre introduction au lua, nous avons besoin d’autres ingrédients : les structures conditionnelles. Ces dernières se ressemblent fortement en Lua et en TI-Nspire.
if condition then
  instructions
else
  instructions
end

Seul le endif se transforme en end !

Prenons un exemple : on veut que la première et la dernière ligne soient de la même couleur. Reprenons notre script.

for k = 1, linecount do
  gc:setFont("sansserif", "r", 10)
  gc:setColorRGB(158, 5, 7)
  table[k] = (var.recall("line"..k) or "Line #"..k)
  strwidth = gc:getStringWidth(table[k])
  strheight = gc:getStringHeight(table[k])
  gc:drawString(table[k], w/2 - strwidth/2 ,h*k/(linecount+1) + strheight/2)
end
Maintenant, il suffit d’ajouter une condition dans le bloc For. Si la ligne actuelle est la première / dernière, alors elle sera colorée.
if k == 1 or k == linecount then
  gc:setFont("sansserif", "b", 10)
  gc:setColorRGB(20, 20, 137)
else
 gc:setFont("sansserif", "r", 10)
 gc:setColorRGB(158, 5, 7)
 
end
Il faut bien entendu mettre le tout dans la fonction on.paint(gc). Aussi, notez l’emploi du double signe égal que l’on utilise pour tester une égalité. Un simple signe égal est utilisé pour une définition. (k = 1)
A part cela, vous êtes largement en mesure de comprendre ce morceau de script. Sinon, retournez voir les leçons précédentes !Et de 3 ! Vous venez de finir la troisième leçon de ce tutoriel. Maintenant vous pouvez afficher du texte (un peu plus intéressant) et utiliser les conditions ! Prenez un peu de temps avant de passer à la suite ! ;)Dans le prochain cours, nous apprendrons à écrire du texte directement dans notre fenêtre Lua, ce qui est la base pour les jeux de type quizz !

Laisser un commentaire